LE CALIFE DE BAGDAD

Oeuvre

Titre : LE CALIFE DE BAGDAD
Autre(s) titre(s) :
  • LE CALIFE ET GULISTAN
Auteur(s) :
Compositeur :
Famille de genre : Opéra
Genre : Opéra

Sources

Le Calife de Bagdad, opéra en 1 acte, Lille, [s.l.], 1801.
BM Lille, Fonds ancien, 101317.

Représentation(s)

Compte rendu : 

La pièce fait partie du répertoire théâtral de 624 pièces que se propose de faire jouer, pour la saison 1813-1814, le directeur breveté du 39e arrondissement théâtral Singier.

__/04/1801 / _ / Le Mans

Sources : 

Affiches du Mans, Annonces &c. du département de la Sarthe, n°38, 10 germinal an IX.

01/11/1801 / _ / Le Mans

Sources : 

Affiches du Mans, Annonces &c. du département de la Sarthe, n°8, 10 brumaire an X.

Compte rendu : 

Spectacle donné par les artistes réunis du Mans, Tours et Angers.

__/03/1808 / _ / Amiens

Interprète(s) :
Sources : 

AD SOMME 743 PER 4, le Journal du département de la Somme, le samedi 19 mars 1808.

Compte rendu : 

Il a joué le Calife et Gulistan avec toute la gaité et l'originalité qui caractérisent ces rôles. 

Mais quelle pureté! Quels sons bien filés, quels agréments enchanteurs, glissés toujours à propos dans les morceaux de chant de ces deux dernières pièces! Non; il n'est guère possible de rendre mieux l'ariette, O ma Zétulbe, le point du jour, et en général tous les autres morceaux. 

Qualité(s) de type : Travail d'interprétation -

Interprète(s) :
Sources : 

AD Gard, JR356/1, Journal du Gard, 16 mars 1811, n°320.

Interprète(s) :
Sources : 

AD Gard, JR356/2, Journal du Gard, 20 mars 1813, n°425.

Compte rendu : 

"La débutante Mlle Mariette, autrement Milord, se tira mieux d'affaire qu'on ne l'espérait dans le rôle de Késle du Calife de Bagdad. Malgré ce trouble, cette gêne inséparable d'un premier début sur un grand théâtre ; quoi qu'elle ne sût ni marcher, ni se tenir, et que ses bras fussent quelquefois pour elle des membres plus qu'inutiles, on ne la trouva cependant pas si gauche. Elle ne chanta pas très bien, quoiqu'avec une voix agréable, qui paraît avoir peu d'étendue, et qui était encore comprimée par la crainte. Elle débita passablement son rôle ; ce fut là le plus beau de son jeu. Le public la traita avec indulgence ; elle aurait eu encore plus de satisfaction si ses amis ne l'avaient pas si maladroitement servie ; on aurait dit qu'ils s'entendaient avec ceux qui voulaient lui faire éprouver du désagrément ; et il est certain que les couronnes lui firent plus de tort que les coups de sifflet. Au reste tous ces signes d'approbation ou d'improbation n'ont aucune influence sur le gros du public qui juge avec impartialité et qui sait bien à quoi s'en tenir".

Sources : 

La pièce est jouée par la troupe du directeur Seligman, aux frais de 111 F 05 pour une recette de 401 F 90.

Troupe : Troupe des commédiens français de Dugarron

Compte rendu : 

Cette pièce, jouée par la troupe de Degarron avec une autre œuvre lors de la même soirée, a engendré pour la compagnie des frais de 110,85F pour 234,70F de recettes.

Troupe : Troupe des comédiens français de Dugarron

Compte rendu : 

Cette pièce, jouée par la troupe de Degarron avec deux autres œuvres lors de la même soirée, a engendré pour la compagnie des frais de 90,95F pour 55,65F de recettes.

Sources : 

AD Gard, JR356/2, Journal du Gard, 10 décembre 1814, n°515.