LES TROIS SULTANES

Oeuvre

Titre : LES TROIS SULTANES
Autre(s) titre(s) :
  • SOLIMAN SECOND
Auteur(s) :
Famille de genre : Comédie simple
Genre : Comédie en vers libres

Sources

Les Trois sultanes ou Soliman Second, comédie en 3 actes et en vers libres, Paris, Chez Didot, 1772.
BM LYON, 359329.

Représentation(s)

Compte rendu : 

En 1813, cette pièce fait partie du répertoire de plus de 330 œuvres que le directeur Degarron souhaite faire jouer à sa troupe, stationnée à Nice.

Compte rendu : 

La pièce fait partie du répertoire théâtral de 624 pièces que se propose de faire jouer, pour la saison 1813-1814, le directeur breveté du 39e arrondissement théâtral Singier.

Interprète(s) :
Sources : 

Journal du département des Deux-Sèvres. N.°32. Jeudi 1 mars 1804. Page 255-256.

Compte rendu : 

" Les Trois Sultanes. Comédie de Favart. Pièce remplie de finesse & de gaîté. Le sujet en est tiré d'un conte de Marmontel. "

Concernant une des actrices, Mademoiselle Contat : " Voici les adieux qui lui ont été faits, par un amateur, à sa dernière représentation, où elle s'est, dit-on, surpassée: HONNEUR du théâtre français, / CONTAT, ô nouvelle Thalie, / Toi, qu'à nos NIORTAIS, / Aujourd'hui Paris même envie; / Semblable à la Divinité, / En tous lieux tu répands la vie, / Et jusques dans notre cité, / Tu veux bien que l'on apprécie / Le naturel, la vérité, / Qui font la bonne comédie. / On t'admire ; on est enchantée, / Et l'on t'aime à l'idolâtrie ..... / Mais, de nos cœurs reconnoissans, / Pour t'offrir le tribut fidelle, / Nous n'avons ici que l'encens, / Ou la fleur qu'on nomme immortelle ..... / Prends donc, prends ce simple bouquet: / Il peint le souvenir durable, / Et d'un talent inimitable, / Et du plaisir qu'il nous a fait.         N. B. Ces vers ont été jetés, avec un bouquet d'immortelle, sur le théâtre, le jour où M.lle Contat remplissoit le rôle de Roxelane dans les Trois Sultanes, pièce annoncée pour la clôture ; ils n'étoient pas destinés à l'impression, mais l'acteur qui s'es chargé de les lire, a trouvé bon de substituer le mot prix au mot plaisir, dans le dernier vers, & l'auteur tient trop à son plaisir pour ne pas rendre le public juge du prix du lecteurPar M. S. *** "

 

Interprète(s) :
Sources : 

AD SOMME 740 PER 1 : Journal du département de la Somme, du mercredi 25 novembre 1812, n°XLVIII.

Compte rendu : 

"(...) représentation est décidément trop au-dessous de ce que le public peut désirer (...)"

"(...) l'exécution d'un ouvrage est tellement éloigné du bon, qu'on a point l'espoir de l'y voir parvenir."

"Une jeune actrice [Mlle Lalande] a voulu dans ces deux pièces s'élever au-dessus de son modeste emploi d'ingénue, et s'essayer dans des rôles plus importants." 

"Mlle Lalande ne s'est point découragée. Elle a voulu jouer Roxelane ; mais nous lui dirons sincèrement qu'elle doit laisser ce rôle, beaucoup trop au-dessus de ses moyens."

"Mlle Lalande a cru devoir prendre en coit un air de dignité presque tragique qui ne conv[ient nu]llement à l'esprit du rôle."

"Un soin que négligent trop les acteurs sur les théâtres des départements, c'est celui d'apprendre leurs rôles. C'est surtout dans les ouvrages écrits en vers que cette négligence se fait sentir d'une manière désagréable."